Ce que l’œil humain ne voit pas, pourtant arrive

Texte, dessin
Contribution au livre J'ai eu plus d'un coup de foudre, des Faux Amis + Anne Breton

Ce que l'œil humain ne voit pas, pourtant arrive.

Les continents dérivent, depuis un temps d'avant l'Histoire, un temps qui préparait notre essor technologique. Le monde, alors, ne se ressemblait pas. Presque toutes les terres émergées étaient regroupées en un seul continent - presque toutes les terres. Avant de glisser lentement vers le nord, notre région alors équatoriale était recouverte d'une mer intérieure.

Puis, cette mer s'est retirée. La vie ! Fougères, sigillaires, lépidodendrons – les premiers arbres à écorce ligneuse formèrent des mangroves, des forêts luxuriantes. Ce temps d'hier est devenu un espace, solide, enfoui : il est notre sous-sol actuel, plissé. Séquences répétées de calcaire, de grès, de schistes et de charbons.

 

Aujourd'hui ce territoire est densément peuplé, densément urbanisé.

Au nord-est s'étirent les plaines agricoles ; au sud-ouest, les collines boisées.

Entre les deux : trente-six communes entrelacées.

Les Hommes au fil du temps ont exploité le territoire.

Ils ont cultivé les terres à la surface du pays vert.
Ils ont extrait le charbon des veines du pays noir.
Ils sont venus depuis l'Europe entière, depuis l'Afrique, l'Asie.

La guerre au fil du temps a tendu là sa ligne de front. Il y eut des destructions, des ravages.

Toute l'histoire compte.


Université d'Artois, Lens, F - 2019